ternoise contre paruvendu journal annonces payantes

- il est d'abord écrivain mais restera celui ayant appelé à boycotter le journal paruvendu d'annonces payantes du groupe Hersant.

tellement se sont couchés devant le PERE HERSANT

Stéphane TERNOISE né en 1968, écrivain, 9eme livre à publier en 2005, 10eme en 2006...
il vit dans le Lot en France
auteur de chansons diffusées sur France-Inter, France-Culture, EUROPE 1...
bio
recevez par mail le CATALOGUE, la Biographie et le BON DE COMMANDE de Stéphane Ternoise
Votre adresse e-mail


ou sur www.ternoise.net,
Faute d’arguments, le dossier du requérant est un exercice d’insinuations de mauvaise foi.
Pourquoi présente-t-il la page d’accueil www.ternoise.net (annexe 6 dossier du requérant) alors qu’aucun lien ne figure vers paruvendu.net ?
Simplement pour mieux me présenter ? Ce serait louable... si le requérant s’était servi de ces informations pour au moins respecter ma démarche internet.
Le site débute par « réseau ternoise : un webzine (journal sur internet, presse gratuite, média gratuit) »... Le requérant veut-il insinuer que la marque PARUVENDU et Stéphane Ternoise seraient directement concurrents ?
Naturellement, prétendre une telle chose ne serait pas sérieux... juste insinuer...
« Journal sur internet... » définissant le terme webzine.
En France, le terme JOURNAL est mis à toutes les sauces : il peut certes encore, dans la lignée de sa première acception, témoigner d’une exigence de « relater les événements » mais une parution d’annonces et de publicités peut se prétendre JOURNAL !
Le « journal du réseau Ternoise » est né le 21 novembre 2000, avec une interview de monsieur Henri Emmanuelli (ancien ministre du gouvernement français). Il s’intitulait sobrement « Textesdechansons.com : LE JOURNAL, Mensuel gratuit ». Devenu www.lewebzinegratuit.com (aucune annonce, aucune publicité).




en 2006... prépare 2007 et élection présidentielle 2007 en chansons avec SARKOZY sur www.cdsarkozy.com


ACCUEIL

cmieuxgratos.net vous présente... la Chansons des glandeurs : Tout allait pour le mieux ...